19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 16:02

Le clip est sorti le 1er juillet... Il est dès à présent dans les humeurs de Steph!

Je tourne en rond; Lussi in the sky

Partager cet article

Published by chauve-stephane
commenter cet article
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 15:45

Tous les jours, on s'agace contre des faits, des amis, des collègues ou même des simples inconnus croisés dans la rue. Mais si on réfléchit, cette accumulation peut faire sourire.

La peine de mort d'Oldelaf c'est ça : deux cuillerées de second degré et d'amusement sans oublier le clin d'oeil au film Drive...

Apologie décalée très réussie.

A voir...

La peine de mort, dernier clip d'Oldelaf!

Partager cet article

Published by chauve-stephane
commenter cet article
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 21:11

C'est la découverte du moment.

Ce premier EP du groupe Bellegarde est rock. Entre énergie et pop, ses morceaux s'appuient sur des textes solides.

La guitare électrique très présente et la voix du chanteur leur apportent une valeur ajoutée indéniable...

Je vous invite donc à découvrir cet opus du rock alternatif qui est sorti il y a quelques semaines.

Je tiens aussi à remercier Bellegarde d'avoir envoyé ce mail qui m'a fait connaître leur musique et leur univers...

En espérant vous rencontrer sur une scène prochainement...

Maintenant place à la mise en bouche avec un extrait de caché derrière...

1er EP de Bellegarde: Caché derrière

Partager cet article

Published by chauve-stephane
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 20:20

Il y a quelques mois, je visionne le clip d'Auren "En face". Je me retrouve à fredonner fréquemment ce titre. Alors pourquoi ne pas présenter cette artiste et son album?

Justement, son album "J'ose": plusieurs ambiances se côtoient mais la sensibilité est toujours présente .

Auren a tout naturellement sa place dans les humeurs...

Je vous invite donc à la découvrir en lisant ses réponses à mes questions...

Osez!

"J'ose" avec Auren...
"J'ose" avec Auren...

Partager cet article

Published by chauve-stephane - dans "J'ose" avec Auren...
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 20:11

Auren, pour commencer j’ai cru comprendre que ton nom de scène n’a pas vraiment de signification précise. Tu as trouvé ce nom un peu par hasard ?

Pas tout à fait, je m’appelle Aurélie. Je désirais absolument garder la racine et la quintessence de mon prénom « Aure », puis j’ai cherché une sonorité qui me plaisait, lorsque j’ai prononcé Auren, cela a été une évidence !

Ta rencontre avec la musique date de ton enfance. A-t-elle tout de suite pris beaucoup de place pour toi ou au début était-elle qu’un hobby ? Avais-tu à ce moment là l’envie de vivre de ta musique ou est-ce que tout cela est venu par la suite ?

La musique me berce depuis mon plus jeune âge, ma grand-mère m’a enseignée le piano lorsque j’avais 7 ans, et mes parents écoutaient des disques constamment. C’était une passion dévorante mais je ne pensais pas en faire mon métier.

Diplômée d’une école de commerce, tu travailles dans une maison de disques. C’était une volonté de ta part de côtoyer le monde de la chanson dans ta vie professionnelle ?

Je suis diplômée de l’EDHEC. Mais ma vocation première ne m’a jamais quitté, je voulais allier les deux. J’ai donc effectué mon stage de fin d’études chez Virgin, le label de Ben Harper, Benjamin Biolay, Alain Souchon, Manu Chao, Daft Punk;… J’avais envie de connaître ce milieu et ses rouages, j’avais envie de rencontrer les artistes, de découvrir des univers musicaux que je ne connaissais pas. Ce fut une expérience inoubliable et très enrichissante.

J’ai l’impression que ton chemin était tracé… Et il y a eu une rencontre avec Michael Jones. Premier tournant ?

Oui, il m’a offert mes premières « vraies scènes », un magnifique cadeau ! J’ai joué une trentaine de fois seule avec mon piano en ouverture de ses concerts.

"C’était une passion dévorante mais je ne pensais pas en faire mon métier."

Partager cet article

Published by chauve-stephane - dans "J'ose" avec Auren...
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 20:04

Les rencontres d’Astaffort organisées par Francis Cabrel. Deuxième tournant ?

C’est vrai que ce fut un tournant. 10 jours de création intense, de remise en question, de rencontres.

Comment as-tu été sélectionnée pour ces rencontres ?

J’ai envoyé une maquette.

Cela reste un beau souvenir ?

Un très beau souvenir, d’autant plus que cette belle aventure s’est conclue par les 1ères parties de Francis Cabrel sur sa tournée « Des roses et des orties ».

J’ai cru comprendre que tu avais été obligée de démissionner pour y participer. C’est ça?

Je travaillais et j’avais demandé 10 jours de vacances qui m’ont été refusés. Je me posais la question depuis longtemps de ne faire que de la musique mais je ne parvenais pas à sauter le pas, là le choix était évident, le train ne passe qu’une fois !

Puis tout s’est enchaîné, avec notamment plusieurs premières parties intéressantes. Quel regard portes-tu sur cette période ? Aujourd’hui si c’était à refaire, tu changerais des choses ?

Cette période était très belle, je venais de sortir mon 1er album autoproduit et je jouais un peu partout en France. Je crois que j’ai eu beaucoup de chance, je fais ce métier pour la scène, alors faire vivre mes chansons devant le public de Francis Cabrel, de Chris Isaak, de Nicolas Peyrac, … était comme un rêve qui devenait réalité. Si c’était à refaire, je ne changerais rien, j’essaierais juste d’être plus patiente et de me dire que le temps est mon allié et non un ennemi.

"Si c’était à refaire, je ne changerais rien, j’essaierais juste d’être plus patiente et de me dire que le temps est mon allié et non un ennemi."

Partager cet article

Published by chauve-stephane - dans "J'ose" avec Auren...
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 19:52

Ton album « J’ose » est sorti il y a un an. J’ai lu que c’était un album pop à multi-facettes ; comment le décrirais tu ?

Je dirais que c’est un album lumineux, sincère et contrasté.

Je présume que le nom de l’album n’est pas dû au hasard. « J’ose » c’est une règle de vie pour toi ?

« J’ose » est le thème de cet album, oser être soi même, oser dire non, oser déplaire, oser se faire confiance. C’est en effet une règle de vie que j’essaie d’appliquer mais ce n’est pas tous les jours facile !

Tu as dit que « Crocodile » donne le ton de l’album, Pourquoi cette place privilégiée ?

« Crocodile » est la première chanson que j’ai écrite, elle marque une de mes plus belles rencontres artistiques et humaines, celle avec Romain Galland avec qui j’ai écrit plusieurs titres sur l’album; puis lorsque nous sommes rentrés en studio, c’est la première chanson que Nicolas Dufournet a réalisée, il l’a sublimée, la couleur était donnée.

Comment élabores-tu une chanson ? J’ai cru comprendre que tu écrivais uniquement les paroles de tes titres ?

J’écris et je compose mais sur cet album, j’avais envie d’être entourée dès la phase de création. Mon appartement s’était transformé en laboratoire : des mots qui appellent une musique, qui appellent une couleur, une ligne de guitare, etc… Il n’y a pas de vraies règles ou rituels, je fais confiance à l’inspiration et au travail d’équipe.

L’exception est « Comme la dernière fois », chanson dédiée à ta grand-mère. Arrives-tu à présent à la jouer sur scène ou l’émotion est-elle toujours aussi forte ?

Je la joue maintenant sur scène mais j’ai mis du temps à y parvenir… J’ai écrit cette chanson sur l’amour que portait ma grand-mère à mon grand-père même après plus de 60 ans de vie commune. J’ai été bouleversée de voir leurs regards remplis d’amour même quand les corps ont fané.

Justement, as-tu d’autres projets ou des dates prévues dans les mois à venir ?

J’ai une dizaine de dates cet été, l’Européen à Paris le 4 novembre. Je continue d’écrire et d’animer des ateliers d’écriture et de musique pour les enfants.

"« J’ose » est le thème de cet album, oser être soi même, oser dire non, oser déplaire, oser se faire confiance."

Partager cet article

Published by chauve-stephane - dans "J'ose" avec Auren...
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 19:29

Un grand merci pour avoir répondu à toutes mes questions. Avant de se quitter, j’aimerais que tu participes au rituel de fin :

Quel groupe (ou artiste) que tu connais me proposerais-tu de présenter dans les prochains mois ?

Le groupe Krisha composé de Romain Galland et Gérald Raffalli, avec qui j’ai collaboré sur l’album.

Pour terminer, inversons les rôles… Si tu avais une question à me poser ce serait…

Pour quelles raisons as tu as eu envie de m’interviewer?

Il y a quelques mois, j'ai découvert ta musique grâce à ton clip "en face". J'ai vraiment accroché... Je me suis dit: "Pourquoi ne pas mettre Auren en Une des humeurs de Steph?" J'ai donc pris contact avec toi et voilà...

Merci encore d’avoir répondu à toutes ces questions.

Merci à toi pour l’invitation

@ bientôt et bonne continuation…

"Le groupe Krisha composé de Romain Galland et Gérald Raffalli, avec qui j’ai collaboré sur l’album."
"Le groupe Krisha composé de Romain Galland et Gérald Raffalli, avec qui j’ai collaboré sur l’album."

Partager cet article

Published by chauve-stephane - dans "J'ose" avec Auren...
commenter cet article
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 20:05

Nouvelle interview ce mois: celle de Batlik.

En écoutant son dernier album "Les mauvais sentiments", j'ai été rapidement séduit. Pourtant la première écoute peut être déroutante. Les chansons décrivent un large panel des aspects négatifs et détestables de l'Etre humain. C'est original et ça marche. Les paroles sont percutantes et les mélodies restent facilement en tête.

Ce neuvième album est une photographie réaliste de l'Homme et de la société actuelle.

A découvrir absolument!

Les mauvais sentiments de Batlik.

Partager cet article

14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 19:47

Batlik, 9 albums en 10 ans. Tu es très productif. Comment fais-tu pour tenir le rythme ?

J’ai tendance à dire que ce sont les autres qui ne font pas grand-chose. Si tu fais le calcul, un album regroupe douze titres. Ecrire douze chansons en six mois, ce n’est pas la mort. Ensuite, tu n’as plus qu’à les enregistrer et à les exploiter. Maintenant, comme on se trouve sur un mode indépendant, il y a un aspect financier important : la machine doit toujours être alimentée. Quand le label A Brûle Pourpoint sort un disque, très vite les ventes diminuent. Il faut donc se renouveler rapidement. C’est le revers de la médaille: il faut toujours être présent. Il faut donner du charbon à manger à la machine.

Et toi, tu vas donc enregistrer ton dixième album durant l’automne.

On va plutôt reporter ça à l’hiver, au début de l’année 2015.

Tu as déjà des chansons qui sont prêtes ?

Ce sera un live. Le cinquième album était un live et j’ai décidé d’en faire un tous les cinq disques. Ca permet de regrouper les morceaux importants des quatre albums précédents et d’écouter leur évolution sur scène.

Bon là c’est un album live mais d’habitude ce n’est pas trop dur d’enchainer la promo, la scène et en même temps de se projeter sur de futures chansons?

Non, car je ne suis pas Stromae. Quand je fais de la promotion d’un album, j’ai trois coups de téléphone dans le mois, deux interviews et deux radios… Par rapport à un artiste connu qui ne peut pas tourner et cumuler ça avec la promo, moi, je peux largement le faire. D’autre part, beaucoup d’artistes, lorsqu’ils font un disque écrivent 20 ou 25 morceaux puis n’en sélectionnent qu’une douzaine. Alors que moi, dès que je fais un morceau, que je l’aime ou non, il figure sur mon album. Je me suis aperçu que souvent, les gens aimaient bien des morceaux que je n’aimais pas et inversement. Je suis le dernier à pouvoir juger une chanson.

Comment les écris-tu ? A partir d’un thème ? D’une musique ?

J’ai toujours des tourneries de guitares. Les paroles se forment à partir de discussions, de rencontres mais aussi avec ce qui m’est arrivé et ce que j’ai ressenti durant l’année écoulée.

J’ai lu dans ton portrait que l’on trouve dans le Francofans de ce mois cette phrase : « entouré de contraintes, je me mets à imaginer ». Tu peux expliquer ?

Je n’ai jamais mieux écrit que lorsque j’avais peu de temps pour le faire. J’ai quand même mis longtemps à pouvoir exercer ce métier. Je me suis rendu compte que j’écrivais beaucoup mieux quand je travaillais à côté. Parce que tu sais que le temps réservé à l’écriture est limité. Tu saisis ce laps de temps comme une fenêtre ouverte sur la liberté d’écriture.

Depuis 10 ans, tes albums sont produits par A Brûle Pourpoint ton label mais aujourd’hui tu n’as pas envie d’aller signer ailleurs ?

Au début aucun label n’avait envie de me signer. J’ai donc créé A Brûle Pourpoint pour faire sans eux. Plus tard quand ils m’ont recontacté, à mon tour, je n’ai pas eu envie de ce qu’ils me proposaient. J’avais sûrement pris des mauvaises habitudes en travaillant seul. Finalement, en côtoyant dans les concerts, d’autres artistes de plus gros labels, je me suis aperçu qu’ils avaient autant de problèmes que moi et qu’ils n’étaient pas plus heureux. Il y a beaucoup plus d’artistes qui se retrouvent coincés que des artistes pour qui ce système fonctionne. Tout ça ne m’a pas donné envie de signer ailleurs. Maintenant c’est trop tard car en refusant deux ou trois signatures, les autres ne viennent plus, et puis, je suis vraiment très attaché au label A Brûle Pourpoint.

"Les paroles se forment à partir de discussions, de rencontres mais aussi avec ce qui m’est arrivé et ce que j’ai ressenti durant l’année écoulée."

Partager cet article

Présentation

  • : Les humeurs de Steph
  • Les humeurs de Steph
  • : Cherche à mettre en place des relations musicales autour de textes ou de musiques. Interviews d'artistes ou textes de chansons... J'écris, j'écris, j'écris encore et toujours...
  • Contact

Déjà dans les humeurs de Steph: Brune, Lisa Portelli, Je Rigole, Les 3 fromages, Duo des falaises, Charles-Baptiste, Joseph d'Anvers, Clara Plume, Dyne, Pascal Pacaly, Odyl, Lussi in the sky, Billie, Juliane Chleide, BAB, Anouk Aïata, Oldelaf, Deportivo, Batlik, Auren.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog